Sénégal : La solution contre l’immigration et le chômage enfin trouvée ?

Face à l’immigration clandestine et au chômage, le Sénégal vient d’effectuer un coup de maître. Un programme pour le développement de l’emploi dénommé Tekki Fii, vient d’être mis en place. Il va ainsi permettre la formation et l’insertion de 12.000 jeunes dans le monde du travail. Cela sera possible grâce à un appui du Fond fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique pour un montant de 26 milliards FCFA.

Contre l’exode rural, le chômage des jeunes et l’immigration

Le programme Tekki Fii, va accompagner 250 entreprises afin de pouvoir former et insérer les jeunes. Il s’opérera dans les régions de Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Louga, Saint-Louis, Podor, Tambacounda, Kédougou et Matam.

Par ailleurs, pour faire l’état des lieux sur l’avancement du programme, la 3e session du comité de pilotage s’est tenue ce jeudi à Dakar.

Ainsi, il en est ressorti que le programme va promouvoir l’emploi des jeunes en améliorant l’offre de formation, et le développement de la demande. Le comité de pilotage a vu la participation de plusieurs fonctionnaires des ministères de l’Economie et du Commerce, la Délégation de l’Union européenne au Sénégal. Ces derniers rassurent que les résultats présentés sont « concrets ».

Rencontré par Afrikmag, Cheikh Mbaye, un étudiant en Master reste sceptique.

« C’est la énième fois que j’entends parler d’un projet similaire, j’espère que cette fois-ci ce ne sera pas que du vent. A l’approche des élections, tout est bon pour se mettre les citoyens dans la poche. Il est temps d’arrêter de nous faire rêver et d’agir pour le plus grand bien du peuple ».

Quatre ans pour tout régler

Le programme sera mis en œuvre sur une durée de 4 ans. Il vise alors à « renforcer le tissu d’entreprises locales, élargir l’accès équitable à la formation professionnelle, accompagner les jeunes entrepreneurs vers l’accès au financement, informer sur les opportunités économiques au Sénégal ». Son objectif est « d’œuvrer pour la stabilité et de lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière et le phénomène des personnes déplacées en Afrique ».

Afrikmag

Share Button
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *