Les travaux de la première Session plénière de l’INIDH lancés à Conakry

Le ministre conseiller à la Présidence de la République de Guinée, chargé des Relations avec les Institutions Républicaines, El hadj Mohamed Lamine Fofana a présidé, mardi, 05 juin 2018, à Conakry, l’ouverture des travaux de la première session ordinaire de l’Assemblée plénière de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH).

La cérémonie s’est déroulée en présence de 20 commissaires sur les 30 inscrits.

Pendant 21 jours de travaux, plusieurs activités seront à l’ordre du jour, dont l’adoption du plan d’action 2ème semestre 2018 ; l’audition sans débat du ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux sur la situation des lieux de privation des libertés en Guinée, en 2018 ; du ministre de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale sur l’état des Droits de l’Homme (DH) en Guinée ; du représentant de HCDH sur la contribution des Nations Unies aux DH en Guinée, l’examen et l’adoption du rapport annuel 2017.

Pour un rappel, l’INIDH a été mise en place le 14 juillet 2011, avec pour mission de contribuer à la mise en place et au renforcement d’un cadre national de promotion et de protection des libertés et droits fondamentaux de l’Homme. L’INIDH peut être saisie par toute personne victime de violation d’un DH.

Le président de l’INIDH, Aliya Camara a, dans son discours de circonstance, proposé de plancher sur les défis sur l’année en cours. Il a aussi fustigé les allégations auxquelles son institution fait face.

Procédant à l’ouverture des travaux, le ministre conseiller à la Présidence de la République chargé des Relations avec les Institutions Républicaines, El hadj Mohamed Lamine Fofana a rassuré l’INIDH, de l’appui du président Alpha Condé, quant à l’accueil qu’il réservera aux recommandations portant sur les DH.

A l’issue d’une élection, l’INIDH a élu deux de ses membres pour représenter l’institution à la Cour Constitutionnelle, afin que l’Etat de Droit se développe et se redynamise en Guinée. Il s’agit de M. Ansoumane Sacko et Mme Fatoumata Morgane.

AGP

Share Button
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *