Macenta : une femme retrouvée morte par pendaison dans la sous-préfecture de Bofossou

frfrUne femme de 56 ans s’est donnée la mort, jeudi, 1er décembre 2016, par pendaison, dans la sous préfecture de Bofossou.

La victime résidait à Gbelelazou dans la sous-préfecture de Bofossou. Elle s’est pendue à 45m du village à l’aide de son foulard en tissu nylon aux environs de 12h.

Marié, elle n’avait jamais fait d’enfant. Cette peine morale après avoir commis un vol serait à l’origine de ce nouveau cas de suicide par pendaison.

Selon le commandant de la Brigade de la Gendarmerie de Bofossou, capitaine Kima Béavogui qui s’est rendue sur les lieux pour constater le drame, «la femme s’était rendue coupable d’un vol de quatre bottes de riz et d’argent. En application du Code de conduite du village, elle été exposée publiquement au soleil et contrainte de payer une amende de 400 mille francs guinéens et le double des bottes de riz volées.

Si elle a réussi à payer ce que le Code de conduite du village demande, les peines morales, elles n’ont pu être effacées. Coho Enè Onivogui, femme sans enfant, n’avait personne pour relever son morale. Elle aurait publiquement déclaré, qu’elle ne pourrait supporter longtemps cette honte, étant devenue une risée populaire. Tout comme le lycéen du quartier Bamala, elle a mis fin à ses peines morales par pendaison.

AGP

Share Button
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *