La Banque africaine de développement lance un programme qui mise sur la prochaine génération

Kigali, Rwanda, le 6 juin 2018 – La Banque africaine de développement et ses partenaires – la Fondation Rockefeller, Microsoft et Facebook – ont lancé le programme Coding for Employment (“Codage pour l’emploi”), à l’occasion du Sommet africain de l’innovation à Kigali, au Rwanda.

Ce nouveau programme éducatif, qui répond à une vraie demande, forme les jeunes aux technologies de l’information et de la communication (TIC) et met les diplômés directement en relation avec les employeurs du secteur. Objectif de Coding for Employment : préparer les jeunes Africains aux emplois de demain et mettre à profit le potentiel de la prochaine génération de jeunes innovateurs du numérique à travers le continent. Grâce à Coding for Employment, plus de 9 millions d’emplois verront le jour et 32 millions de jeunes – femmes, notamment – d’Afriques seront concernés.

Le programme Coding for Employment  se trouve au cœur de l’initiative de la Banque africaine de développement Emplois pour les jeunes en Afrique, qui entend offrir des perspectives prometteuses aux jeunes Africains. D’ici à 2025, cette initiative aura doté 50 millions de jeunes de qualifications qui répondent aux besoins du marché du travail et créé 25 millions d’emplois dans l’agriculture et les TIC – entre autres secteurs clés.

Au cours des quinze dernières années, la Banque africaine de développement a investi 1,64 milliard de dollars américains dans divers programmes destinés à préparer les jeunes à des carrières dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation. La Banque africaine de développement met les jeunes au cœur de son programme de croissance économique inclusive en Afrique et, partant, de ses investissements et de ses priorités High 5 : créer des entreprises, nourrir le continent, favoriser l’autonomisation et l’intégration et améliorer la qualité de vie des populations en Afrique en préparant les jeunes au monde numérique concurrentiel d’aujourd’hui.

À mesure que la planète s’achemine vers une quatrième révolution industrielle, la demande en matière de numérisation va croissant, dans les secteurs de la santé, de l’éducation et d’autres encore. Les innovations numériques ont la capacité de résoudre les problèmes de développement du continent et créent de nouvelles opportunités d’emploi. En Afrique, la population de jeunes s’accroît rapidement et devrait doubler d’ici à 2050 pour compter plus de 830 millions d’individus. Or la fracture numérique persiste sur le continent et de sérieuses lacunes en matière de compétences pose de graves problèmes aux jeunes qui veulent obtenir un emploi de qualité et décent au sein d’une main-d’œuvre en rapide évolution.

« Coding for Employment favorise l’accélération des investissements dans la ressource la plus précieuse de l’Afrique : ses jeunes, femmes et hommes. C’est la raison pour laquelle la Fondation Rockefeller est ravie de s’associer à la Banque africaine de développement, pour aider chaque jeune Africain à réaliser son plein potentiel. Notre partenariat avec la Banque africaine de développement va permettre d’établir 130 centres d’excellence en Afrique pour combler le fossé entre les nouveaux recrutements de la part d’employeurs du numérique et les qualifications des jeunes d’Afrique », a déclaré Mamadou Biteye, directeur général pour l’Afrique de la Fondation Rockefeller.

« Les qualifications dans le numérique deviennent vite cruciales pour les emplois d’aujourd’hui et de demain, a fait observer Ghada Khalifa directrice de Microsoft Philanthropies pour le Moyen-Orient et l’Afrique. Malheureusement, ces qualifications sont hors de portée d’un trop grand nombre de jeunes en Afrique. Avec nos partenaires comme la Banque africaine de développement, nous œuvrons à changer les choses. Le partenariat entre Microsoft et la Banque africaine de développement continuera à se concentrer sur une plus grande participation des jeunes et des femmes défavorisés, tout en dotant les jeunes d’Afrique des qualifications requises pour occuper les emplois d’aujourd’hui et de demain », a-t-elle déclaré.

« Nous sommes très heureux de nous associer à la Banque africaine de développement dans le lancement du programme Coding for Employment en Côte d’Ivoire, au Kenya, au Nigeria, au Rwanda et au Sénégal, a renchéri Sherry Dzinoreva, responsable des programmes de Facebook relatifs aux politiques. Coding for Employment garantit aux jeunes la possibilité d’accéder à des qualifications dans le numérique et les épaule en leur offrant de vraies opportunités où ils peuvent exercer leurs talents, leurs idées et leur savoir-faire pour faire progresser le développement économique et social du continent ».

« En travaillant avec le secteur privé, les donateurs, les décideurs et les différentes parties prenantes, nous pouvons assurer un avenir meilleur aux jeunes femmes et hommes d’Afrique, a souligné Oley Dibba-Wadda, directrice chargée du Capital humain, de la jeunesse et du développement des compétences à la Banque africaine de développement. Avec ce nouveau programme, nous entendons préparer la future génération d’innovateurs et permettre aux jeunes femmes de mener la révolution numérique sur le continent. Investir dans la jeunesse grâce à des programmes comme Coding for Employment peut stimuler une croissance économique inclusive, mettre l’Afrique et ses jeunes à la pointe de l’innovation technologique et faire en sorte que la transformation numérique de l’Afrique soit dirigée et gérée par les jeunes Africains au profit des Africains »,

Share Button
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *