Conakry : Des experts du conseil des ministres de l’OMVG en session de travail

En présence du secrétaire général du Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique, Sékou Sanfina Diakité, le Haut-Commissariat de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Gambie (OMVG), Mr Fofana Lansana a présidé ce lundi 09 juillet 2018 à Conakry l’ouverture des travaux de la réunion préparatoire de la 9ème session extraordinaire du conseil des ministres de l’OMVG afin d’échanger sur les questions d’intérêt capital des projets du programme de mise en valeur des ressources des bassins fluviaux de l’OMVG. 

L’objectif de ce conclave est de faire le point sur l’état d’avancement du projet énergie en vue du démarrage physique des travaux sur le terrain ; la présentation technique et le mécanisme du financement de l’aménagement hydroélectrique de Sambangalou en vue de définir les dispositions pratiques concernant son financement et sa réalisation et enfin ; la situation de retard de paiement des arriérés de contrepartie des Etats membres au projet  énergie de l’OMVG en vue de prendre des mesures idoines.

Souhaitant la bienvenue, le S/G du MEH, Sékou Sanfina Diakité a souligné que la première préoccupation du président Alpha Condé reste donc le soutien constat à toutes les Organisations sous régionale et panafricaines. Il accorde une attention toute particulière aux organisations de bassins qui gèrent des ressources communes à plusieurs Etats dont l’une des plus réussies reste de l’OMVG.

Selon le H-C de l’OMVG, M. Fofana Lansana leur Organisation a enregistré des avancées significatives concernant la mise en œuvre du barrage de Sambangalou suite à la décision conjointe des ministres en charge de l’OMVG, le 20 mars 2018 autorisant le Haut-Commissariat à négocier et à signer un contrat avec le groupement d’entreprises partenaires.

Pour lui, le contrat a été signé le 8 avril 2018 pour un coût de 380.639.539 Euros avec un délai de réalisation quarante-deux (42) mois. Le financement est à rechercher à la fois par le groupement et l’OMVG. Le contrat comporte trois (3) phases (la phase préliminaire, la phase 1 et la phase 2).

Il a ensuite précisé que le non-paiement de la contrepartie au projet énergie et des constructions au budget de fonctionnement compromet fortement le fonctionnement normal du Haut-Commissariat donc entre autres le retard dans l’indemnisation des personnes affectées par le projet ainsi que la libération des entreprises. « Si cette situation perdure, c’est la crédibilité de l’OMVG qui risque d’être entamée de nos partenaires techniques et financiers qui ont mis à la disposition de notre organisation un financement consistant de l’ordre de 722 millions USD », explique-t-il

Les participants à cette 9ème session sont des délégations venues de la République de Gambie, de Guinée-Bissau et du Sénégal.

Touré Aboubacar 622 55 22 10

 

Share Button
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *