Egypte : quand la presse se révolte contre le ministre de l’Intérieur

cdEn Egypte, la grogne enfle chez les journalistes, qui, à travers une manifestation, exigent le limogeage du ministre de l’Intérieur. Ce 4 mai 2016, devant le siège du syndicat des journalistes au Caire, ils la presse a crié son ras-le-bol.

La grogne enfle chez les journalistes égyptiens qui, à travers une manifestation, exigent le limogeage du ministre de l’Intérieur. Ce 4 mai 2016, devant le siège du syndicat des journalistes au Caire, ils la presse a crié son ras-le-bol.

Lors d’une assemblée générale exceptionnelle, ce mercredi 4 mai 2016, plusieurs centaines de membres du syndicat des journalistes ont menacé d’entamer une grève générale. Leur menace est liée à des points bien précis : ils veulent la libération de deux de leurs collègues, le limogeage du ministre de l’intérieur, Magdi Hamid Abdel Ghaffar, et des excuses du gouvernement. A l’origine de ce coup de gueule, l’irruption des forces de sécurité dans les locaux du syndicat, dimanche, pour arrêter les journalistes Amr Badr et Mahmoud El-Sakka, tous deux du site Internet Yanair.

Ces arrestation ont d’ailleurs suscité un tollé au sein des médias et de l’opposition, qui dénoncent un « acte anticonstitutionnel ». En soixante-quinze ans d’existence du syndicat, « aucun Président, aucun premier ministre, aucun ministre de l’Intérieur n’a jamais osé faire une telle chose », a réagi l’un de ses membres, Mahmoud Kamel. En attendant l’exécution de leurs requêtes, les journalistes menacent de durcir le ton.

 

 

Afrik.com

Share Button
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *